Le Programme Sur L’Homme et la Biosphere (MAB)

 

Le Programme sur l’Homme et la biosphère (MAB) est un programme scientifique intergouvernementalvisant à établir une base scientifique pour améliorer les relations homme-nature au niveau mondial. Lancé au début des années 70, le MAB propose un
agenda de recherche interdisciplinaire, encourage le renforcement des capacités et a pour principaux objectifs de réduire la perte de biodiversité et d’en traiter les aspects écologiques, sociaux et économiques.
Parce qu’il touche à des problèmes à la croisée de plusieurs domaines, scientifique, écologique, sociétal et du développement, le MAB rassemble plusieurs disciplines – sciences exactes et naturelles, sciences sociales, économie et éducation – destinées à
améliorer les environnements humains et préserver les écosystèmes naturels. Il encourage notamment les approches novatrices pour un développement économique respectueux des valeurs sociales, culturelles et écologiques.
Le programme du MAB est défini par le principal organe administratif, le Conseil international de coordination du MAB en coopération avec toute la communauté MAB.
Les programmes et activités se concentrent sur des écosystèmes particuliers :montagnes, forêts tropicales, systèmes urbains, terres humides, îles, zones côtières et marines. Afin de les préserver, le MAB encourage la recherche, le renforcement des
capacités et la collaboration interdisciplinaire entre les différents secteurs.
Pour mettre en application ses différents travaux interdisciplinaires sur le terrain, le MAB s’appuie sur le Réseau mondial de réserves de biosphère, les réseaux et les partenaires régionaux pour l’échange des connaissances, la recherche et la surveillance, l’éducation et la formation, ainsi que la prise de décision participative.

Paris, 11 juillet – Le Conseil international de coordination du Programme MAB (Man and the Biosphere), réuni à Paris du 9 au 13 juillet, a ajouté 20 nouveaux sites, dont deux transfrontaliers, au Réseau mondial de réserves de biosphère.
Le réseau compte désormais 598 réserves de biosphères [en vertu du nouveau système de comptage, le chiffre correct pour 2012 est de 610 réserves de biosphère -dont 12 transfrontalières] réparties dans 117 pays.

Sheka (Ethiopie). La réserve, d’une superficie totale de 238 750 hectares, englobe des zones humides, des forêts, des fourrés de bambous, des terres agricoles, des villes et hameaux ruraux. La forêt de la Sheka appartient aux forêts des hautes-terres du sud-ouest éthiopien, elle joue un rôle important dans la sauvegarde des types de végétation forestière de l’afromontane, en particulier la forêt tropicale humide et les fourrés de bambous creux. L’endroit est riche en plantes et animaux, avec notamment plus de 38 espèces menacées. La population locale est fortement engagée en faveur du maintien de l’intégrité de l’écosystème via la pratique d’une agriculture écologiquement durable.

 

Permanent link to this article: http://ethiopianembassy.fr/delegation-aupres-de-lunesco/le-programme-sur-lhomme-et-la-biosphere-mab